En tant qu’être humain, nous cherchons tous le bonheur. Nous souhaitons vivre des relations sereines avec notre entourage, avec nos collègues de travail, avec toute personne. Imaginez un instant ce que votre vie serait si vous partagiez que de bons moments avec les gens : joie, rires, paix… N’est-ce pas enrichissant et énergisant que d’avoir des échanges sincères avec l’Autre, d’être en harmonie ? Cependant, la réalité vous confronte souvent à des relations moins épanouissantes : reproches, non-dits, conflits… dans lesquels vous ne comprenez pas toujours l’Autre, ses attentes puisqu’il vous faut le deviner… 

Avec cette réalité, comment fait-on pour construire une relation sereine avec ses proches ?

 

PREMIERE CLE : Entretenez une bonne relation avec vous-même

 

Tout d’abord, il est nécessaire de faire un tour dans les lois et principes de l’Univers. Construire une relation est avant tout un processus, régi par la loi de l’attraction : nous attirons non pas ce que nous désirons, mais ce que nous sommes.

Nous attirons à nous : des personnes, des choses, des situations qui ont le même niveau vibratoire que nous. Autrement dit, si nous désirons avoir des relations de qualité, à la hauteur de nos espérances… que ce soit une relation de couple, une relation d’amitié, des relations professionnelles ou simplement des relations au plan social, nous devons commencer par entretenir une bonne relation avec nous-même.

La première étape consiste donc, à enquêter sur ce qui fait « ce que nous sommes », « qui nous sommes », et là « où nous en sommes ». Il est possible de « s’étudier » comme un géologue étudie un terrain, en l’observant à travers ses différentes strates et ce, sans juger si c’est bien ou mal.

Prenons l’histoire de Marc & Julie, dans laquelle ils auraient tout à gagner, à choisir d’observer plutôt que de réagir :

C’est samedi matin. Comme chaque semaine depuis le début de l’année, Marc a rendez-vous à 10h avec son ex-collègue de travail pour jouer au squash. Le terrain se trouve à une dizaine de minutes en voiture.

Ce rendez-vous est important pour lui.

Pourquoi ? 

D’une part, il a pris la résolution en début d’année, de maintenir son poids de forme ; ce qui lui permet de tenir son engagement envers lui-même. De plus, Julie, sa femme est ravie de ses bonnes résolutions et l’encourage à poursuivre : il a perdu 4 kilos. Il se sent de mieux en mieux et la qualité de son couple est meilleure.

D’autre part, la pratique de ce sport qui allie rapidité, concentration et stratégie lui procure du bien-être et de la détente pour le week-end. 

Marc n’a jamais manqué ce rendez-vous : c’est devenu un moment privilégié pour conserver sa relation amicale avec Charline, son ex-collègue.

La réalité que vit Julie est tout autre… 

Lundi, le peintre vient repeindre la chambre du petit après deux mois d’attente interminables pour Julie. La date de son intervention est connue depuis trois semaines. Depuis, elle a beau exprimer à Marc qu’elle ne veut pas débarrasser seule la chambre. Elle n’arrive pas à ses fins : la chambre est toujours en place… Le stress et le ressentiment commencent à monter… Ses pensées tournent en boucle : « Tu me laisses tomber pour aller jouer au squash avec ton ex-collègue dont tu n’as plus rien à faire, alors que moi, ta femme, j’ai vraiment besoin de toi. Tu n’es qu’un égoïste qui ne pense qu’à s’amuser ! »

9h40. Il est temps pour Marc de se préparer à partir. Il s’approche de Julie pour l’embrasser et croise son regard, lourd de reproches… il s’en inquiète et lui demande :

— Ca va ? Y a t-il quelque chose qui te tracasse ?

— Non, tout va bien. Tu peux aller jouer au squash… C’est l’heure que tu y ailles, sinon tu vas être en retard…, lui répond-elle, avec une mine déconfite.

Marc sent bien que ce n’est pas tout à fait exact… L’atmosphère devient tendue.

Comment faire ?

Marc n’est pas maître en psychologie féminine ! Il n’est pas toujours évident de savoir quoi faire dans une telle situation.

Trois choix s’offrent à lui :

  • Soit il fait comme si de rien n’était et la situation risque de s’envenimer…
  • Soit il réagit et la situation risque de s’aggraver aussi : il peut se mettre en colère parce qu’il sent des reproches à aller se détendre après une semaine de travail difficile et qu’elle diminue son plaisir à aller jouer. S’ensuit alors des reproches mutuels pour toutes les fois où chacun a fait plaisir à l’Autre, a essayé de répondre aux attentes de l’Autre sans les connaître…

Marc peut aussi se sentir rejeté par sa femme et vouloir réparer la situation coûte que coûte, pour répondre à son besoin d’harmonie. Il culpabilise de ne pas avoir entendu sa requête, non formulée… et s’excuse de manière exagérée.

  • Soit il cherche à comprendre ce qui se passe et il risque d’arriver en retard à son rendez-vous.

Son choix sera conditionné selon la personne qu’il est à cet instant et selon son niveau de bien-être avec lui-même. 

 

DEUXIEME CLE : Soyez responsable de vous-même

Il est donc essentiel de comprendre qu’avant tout, chacun est responsable de soi-même et qu’il est de la responsabilité de chacun de mettre en commun ses attentes envers l’autre, s’il existe des attentes.

C’est le fondement même de la communication : mettre en commun avec. En conservant à l’esprit la notion de mise en commun et le principe de la responsabilité de soi, la manière de communiquer sera différente et la relation s’en trouvera améliorée.

Reprenons l’histoire de Marc & Julie.

L’attitude de Julie en ne disant rien et en lançant seulement un regard pesant à son conjoint, juste avant que celui-ci ne file à son cours, est un jeu de pouvoir dans lequel elle demande implicitement à Marc de deviner son besoin et à le satisfaire. Si elle espère quelque chose venant de lui, elle aura plus de facilité à l’obtenir en le lui disant !!

 

TROISIEME CLE : Communiquez votre besoin de façon claire

Julie a le pouvoir de changer l’issue de l’histoire en sollicitant la compréhension de son conjoint. Pour arriver à un dénouement favorable pour chacun, il est important de :

1 – Reconnaître son besoin ou ses attentes

2 – Les identifier 

3 – Les nommer

4 – Poser une action. Ici, c’est de mettre en commun avec Marc son besoin d’aide à débarrasser la chambre pour la venue du plâtrier.

La conversation entre Marc & Julie avant le rendez-vous de squash devient alors :

— Ca va ? Y a t-il quelque chose qui te tracasse ?

— Oui, je suis préoccupée. Je comprends que c’est important pour toi de te détendre en fin de semaine… Je sais que tu travailles beaucoup, que tu désires rester en forme… et que tu aimes partager un bon moment avec Charline… Mais… Je suis inquiète car le peintre arrive ce lundi, à 8h30 et je sais que nous devons vider la chambre de Maxime… Il ne nous reste que deux jours pour le faire et je n’ai pas envie de faire cela toute seule. J’ai eu moi aussi une grosse semaine et je me sens un peu fatiguée. Accepterais-tu que nous le fassions ensemble ? Je me sentirai plus apaisée de prévoir un moment pour le faire avec toi. Je pense qu’en moins de deux heures, nous devrions avoir terminé. Quel serait le meilleur moment pour toi ?

Qui peut résister à une telle proposition ? Est-ce que cela signifie que Marc va annuler son rendez-vous de squash ? Pas forcément. Julie a clairement exprimé son attente et il peut immédiatement répondre en lui proposant un moment dans le week-end pour l’aider. Chacun est gagnant : Julie se sent entendue et peut être plus apaisée ; Marc peut répondre à son besoin d’aller au squash et avoir la satisfaction de soutenir sa femme. Et, ils pourront même demander l’aide de leur fils Maxime à déplacer ses jouets dans la chambre d’ami !

Parfois, nous n’osons pas demander les choses clairement, ni demander de l’aide car nous avons peur du rejet ou de la confrontation. Et pourtant, communiquer son besoin, dans un langage clair et compréhensible est le chemin le plus efficace pour nourrir des relations équilibrées et durables.

La clé…

La prochaine fois que vous serez tenté de lancer un regard de reproches à quelqu’un, voyez ce qui se joue en vous. Devenez le géologue pour comprendre ce qui se passe en vous :

Quel est votre besoin à ce moment précis ? Qu’attendez-vous de l’Autre « qu’il n’a pas fait » ? Lui avez-vous demandé clairement ?

Vous avez tout à y gagner : votre autonomie et des relations enrichissantes !

Dans l’espace commentaire ci-dessous, partagez-nous quelle est votre principale difficulté quand vous vous trouvez dans une situation comme Marc & Julie ? 

Share This